Journées européennes du patrimoine

 
 
Journées européennes du patrimoine

À l’occasion des journées européennes du patrimoine, Philippe Chopin, Préfet de la Creuse, a commenté les visites de l’Hôtel de la Préfecture.

À l’occasion des journées européennes du patrimoine, l’Hôtel de la Préfecture a ouvert ses portes le samedi 17 septembre.

Philippe Chopin, Préfet de la Creuse, a lui-même commenté les deux visites guidées de l’Hôtel (hall d’entrée, salle-à-manger, salons de réception, bureau du Préfet, parc...)

Le bâtiment de la Préfecture de la Creuse est toujours resté à limage de l’hôtel reconstruit en 1748 par Louis de Madot, avec ses deux avant-corps, son perron, son jardin ombragé.

 

Hotel

Histoire de l’Hôtel de la Préfecture :

Situé juste derrière l'une des trois entrées par lesquelles on franchissait, au Moyen Âge, l'enceinte fortifiée de Guéret, l'hôtel d'une famille de magistrats, les Reydier, s'élevait dans l'espace compris entre les remparts, la place de Pont et l'hôtel des Moneyroux.

Cette maison passa par mariage à Silvain de Madot au XVIIème siècle. Elle dut être laissée à l'abandon puisque c'est un des descendants de cette famille, Louis de Madot qui reconstruisit la vieille demeure en 1748.

Au moment de la Révolution française, Pierre Ribière-Naillac était le propriétaire de l'hôtel, il émigra et sa maison fut confisquée.

Elle servit alors de maison de réclusion.

La demeure fut vendue comme bien national le 12 messidor an IV (1796). L'acquéreur, Charles-François Champagne n'en resta pas longtemps propriétaire.

Le 16 messidor an X (1802), il céda ce bien à la nation, représentée par le Préfet, Monsieur La Salcette. Ses droits sur cette maison, étaient estimés alors à 35000 Francs. En échange il reçut divers biens nationaux ruraux : le domaine de Maingnoux, le bois du Verclaux, le domaine de Courja et une partie du domaine de La Ville. Cette vente fut faite sous la condition expresse que "la maison acquise à la République reste affectée au siège de la Préfecture". Et de fait, l'ancienne propriété Ribière-Naillac devait depuis lors rester constamment attachée à sa nouvelle destination.Une requête en restitution, présentée par Philippe Ribière de Cessac et le vicomte de La Rocheaymond fut en effet rejetée le 21 avril 1818 par la commission compétente du Ministère des Finances.

En avril 1902, un incendie se déclara à la Préfecture de la Creuse. Il ne causa heureusement que peu de dégâts. Aucun autre sinistre ne fut déploré depuis lors. De nombreux ministres furent reçus à l'hôtel de la Préfecture. Le Président Poincaré y séjourna le 10 septembre 1913, à l'occasion de son périple automobile du centre au sud-ouest.