Le plan départemental de gestion de comprimés d'iode

 
 

En vie de se préparer à un éventuel accident nucléaire, le Préfet de la Creuse a arrêté un plan départemental de gestion des comprimés d'iode.

En vue de se préparer à un éventuel accident nucléaire, le Préfet de la Creuse a arrêté un plan départemental de gestion des comprimés d'iode.
Document destiné aux maires et chefs des services déconcentrés de l'Etat dans le département.

Le niveau d'intervention pour la prise d'iode a été fixé en France, à l'ensemble de la population, pour une dose de 100 milli Sievert (mSv) à la thyroïde. Cette mesure correspond aux zones géographiques situées dans un rayon de 10 kms autour des Centres Nucléaires de Production d'Electricité susceptibles de rejeter de l'ioderadioactif en cas d'accident grave. Ces zones sont définies par les Plans Particuliers d'Intervention des installations nucléaires (P.P.I.).

La Creuse ne rentre pas dans ce dispositif.

Néanmoins, les recommandations prises par l'Agence Internationale pour l'Energie Atomique (A.I.E.A.) en liaison avec l'Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) indiquent que chaque pays peut adopter des mesures spécifiques supplémentaires tout particulièrement pour les populations jeunes et les femmes enceintes (circulaire DGS-SGCIN/DDSC n°2001-549 du 14 novembre 2001) .

C'est dans ce cadre qu'il a été décidé de créer des stocks de première proximité, en dehors de la zone couverte par les PPI, afin d'être en mesure de pouvoir prescrire rapidement l'ingestion de ces comprimés pour des valeurs inférieures à 100 mSv, notamment en direction des populations jeunes et des femmes enceintes.

Le plan de gestion des comprimés d'iode du département de la Creuse s'inscrit dans le cadre de cet objectif, vous pouvez le consulter en cliquant sur lien ci-dessous.

Le plan départemental de gestion de comprimés d'iode